Photographe Animalier

Stéphan Salberter - Stephanature

 

Je suis né en 1957, à Forest (Belgique). J’ai passé mon enfance et mon adolescence à Jette, où vécu, de 1930 à 1954, le célèbre peintre surréaliste, René Magritte.

J’ai fréquemment parcouru le vaste ensemble de prés, de hêtraies, de parcs et d’étangs de la vallée du Molenbeek, connus sous le nom de Réserve naturelle du Poelbos et qu’on nomme aussi Parc Roi Baudouin. C’est là que j’ai découvert mes premiers « modèles » d’observation: oiseaux, grenouilles, insectes, etc. Tout ce petit monde m’a ouvert la voie. Le premier appareil de prises de vues, qui m’a été offert à l’âge de 20 ans, a été le point de départ d’une passion pour la photographie, qui n’a fait que croître au fil des années. Aujourd’hui conseiller graphique, je suis naturellement attiré par les images photos nature.
Passionné de grands espaces, je parcours chaque année l’Amérique du Nord; particulièrement en septembre qui est la meilleure période pour de telles randonnées. Dans les montagnes Rocheuses, la photographie devient un art de vivre. Je les sillonne d’un bout à l’autre, jumelles et appareil photos en bandoulière, captant la beauté fugace d’un paysage au crépuscule ou celle de mammifères s’ébattant dans l’aube lumineuse du matin.

Le langage n’est pas suffisant pour décrire la lumière qui captive les sens ainsi que le spectacle attachant des mammifères qui s’ébattent dans leur espace naturel. Difficile d’exprimer ce que l’on ressent devant tant de beauté. Le photographe que je suis ne parle pas de ce qu’il contemple : il le donne à voir. Déguisé en habit de feuillage, ou tapi au creux d’un rocher, à l’affût au bord de l’eau, j’attends l’instant magique où je pourrai immortaliser l’image vivante que j’ai choisie pour la partager avec un public amoureux de la nature.

Avant tout, un bon cliché doit être esthétique. Les scènes de la vie sauvage ne sont pas faciles à capter. Le cadrage, tout comme la luminosité, doivent être choisis avec un soin extrême. Le temps ne compte pas. Seul, face à la beauté environnante, j’attends le moment fugace où je fixerai, comme elle le mérite, l’image tant désirée.

La photographie et l’émotion sont souvent intimement liées. Derrière chaque cliché, il y a un sentiment, voire une histoire… C’est ainsi que j’exerce cet art. Sans doute est-ce ce qui a valu à certains de mes clichés d’avoir été couronnés par des prix, dans plusieurs catégories telles que les oiseaux, les mammifères et les paysages.

Cette passion pour les beautés de la création, je veux la partager avec tous ceux et celles qui, comme moi, sont des amoureux de la nature qui nous entoure et qui sait si bien nous apprendre à aimer le beau, le bon et le bien.